Outils pour utilisateurs

Outils du site


projethippodrome:projethippodrome-tout

Projet hippodrome

Introduction

L'objectif est de tester une hypothèse de nouveau paysage 1). Mais vraiment nouveau 2). Un nouveau paysage fondé sur le maintien de son éco-socio-système par un travail bien rémunéré de fonctionnaire à mi-temps.

Découvrez le projet à partir des onglets du haut sous trois aspects:



Mon but est d'explorer cette idée et sa mise en œuvre sur un territoire réel. L'idée est simple, mais il faut préciser quelques détails pour répondre aux questions qui viennent immédiatement à l'esprit et aussi à celles qui viennent beaucoup plus difficilement.

Un éco-socio-système c'est quoi ?

C'est un écosystème et une société humaine qui sont au même endroit. Le but est que les deux se supportent l'un l'autre de façon durable et qu'ils soient riches. Cette qualité est garantie par le travail à mi-temps des fonctionnaires. L'argent n'est pas la richesse. Le travail pour la collectivité est la richesse de la collectivité.

Pourquoi les fonctionnaires sont-ils embauchés à mi-temps et pas à plein temps ?

Parce que l'impôt doit servir à financer les services à la collectivité. Le travail d'un fonctionnaire est un service la collectivité et par conséquent c'est un impôt. 50% est un choix pour mettre l'individu et la collectivité à égalité pour que chacun puisse se développer sans étouffer l'autre.

Si le travail des fonctionnaires est un impôt alors pourquoi leur donner un salaire ?

Parce que l'activité d'échange, nécessaire à la vie sociale et à l'individu, est conditionnée par la disponibilité d'argent. La masse monétaire doit correspondre aux besoins d'échanges. La maîtrise de la monnaie permet la disponibilité de fonds. La distribution par un droit au travail pour tous assure son efficacité économique, sociale et environnementale.

Comment trouve-t-on l'argent pour bien payer tout le monde ?

Plusieurs monnaies sont nécessaires. La monnaie centrale est insuffisante pour répondre aux besoins de la collectivité et des individus. Il faut ajouter une monnaie locale dédiée aux besoins de création de richesses naturelles. La maîtrise de la monnaie locale par la collectivité locale permet la création et la destruction de la quantité de monnaie nécessaire à la vie locale.

Aidez-moi et faites partie de cet ambitieux projet en explorant ces pages et d'autres, en m'envoyant un Tweet à @brunogadrat pour des questions, des commentaires constructifs et des liens avec des réflexions et des réalisations similaires. Écrivez et dessinez vos propres éléments du projets sur votre wiki ou votre blog et Twittez votre lien.


1) Le paysage c'est quoi ? Pas de definition fumeuse s'il vous plaît www.designvegetal.com ... Paysage
2) L'envie initiale provient d'une indignation de l'appauvrissement généralisé B.Gadrat:Richesse sans pauvreté

Lien utiles

Consultez le site de la Ville de Montréal qui décrit le lieu de ce projet et souhaite une bonne participation de la société http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=8977,100283611&_dad=portal&_schema=PORTAL

 

L'existant

Style de vie autour du quartier

Cette page est une liste de la manière de vivre autour du quartier et qui contraste ou qui sera légèrement différent dans le futur quartier de l'hippodrome.

Alimentation

La nourriture s'achète au supermarché sans que sa provenance, les variétés proposées ou la façon dont elle est produite ne soit facile à connaître. La nourriture offrant des garanties environnementales et sociale n'est pas accessible à tous.

Activités

On pense travailler plus ou moins 8 heures par jour. Mais si on inclus ceux qui n'ont pas d'emploi mais dont le travail non rémunéré est néanmoins essentiel, le travail rémunéré pour les plus de 15 ans représentait 3,9 heures par jour en 2005 au Canada.1)


1) Statistiques Canada Temps consacré aux activités dans la journée http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/famil36a-fra.htm
 

Comptabilisation des externalités

Comptabilité économique

L'intégration dans la comptabilité économique des externalités sociales et environnementales devient une pratique de plus en plus usuelle.1) Le reporting Developpement durable 2) est une extension de la comptabilité qui malgré son ouverture sociale et environnementale reste un regard du point de vue de l'économie. Plusieurs autres normes peuvent être mises en oeuvre par les comptables3) conformément aux règles acceptées. Des outils et des normes comme ISO 14040 qui donne des lignes directrices sur les principes et la conduite de l’analyse du cycle de vie, peuvent appuyer le management environnemental4).

Les externalités deviennent des coûts directs en cas de mises en conformité aux lois et règlements ou d'amendes. Elles peuvent aussi être volontairement internalisées pour des raisons de stratégie environnementale de l'entreprise.

L'intégration des externalités se fait à trois niveaux.

Le niveau de l'entreprise où l'on réduit l'impact environnemental ou social. Les bénéfices sont directs sur la productivité et la limite est le seuil de perte de bénéfices économique qu'elle que soit l'ampleur de la perte environnementale ou sociale. C'est un niveau de gestion qui est peu visible dans la comptabilité car intégré le plus souvent à d'autres éléments. On peut inclure des dépenses pour formation, conférences ou amendes. On peut inclure des éléments dans le passif s'ils réduisent l'impact environnemental tout en participant à la production. Les bénéfices ne sont pas toujours comptabilisés. C'est le plus souvent des manques à gagner auquel les gestionnaires sont particulièrement intéressés.

Le niveau des fournisseurs et clients sur lesquels l'entreprise a une influence possible. Le niveau comptable est alors principalement une gestion de risque sur la notoriété de l'entreprise ou sur les d'images et intérêts a payer en cas de procès suite à une plainte. Le contrôle sur les fournisseurs se fait dans la rédaction des contrats, la sélection des fournisseurs et le suivi. Les frais pour cette gestion de risques rentrent dans les dépenses, mais là encore, les bénéfices liés à l'augmentation des ventes ou du prix du produit ne sont pas des lignes qu'on peut inscrire comme telles au journal des revenus.

Le troisième niveau est celui des entreprises qui sont indépendantes dans leurs opérations économiques mais qui ont une entité régulatrice qui gère le bien commun (en général un état, une association locale ou un comité d'entreprise). Pour un état, les taxes et les impôts permettent de payer les uns en faisant payer les autres. Pour une entreprise, les budgets dédiés à être un bon citoyen corporatif ont le même rôle en prélevant une taxe volontaire et en la distribuant a une autre entité sous forme de don, de bourse ou de prêt sans intérêt. Les justifications et la valeur du service sont parfois rigoureux parfois nettement moins et la commission Charbonneau nous dit que ça peut dériver beaucoup. Là, la comptabilité des taxes, impôts et revenus rentre pleinement dans les lignes comptables des revenus et des dépenses, de l'actif et du passif etc. Le seul problème est qu'il faut une décision politique et une règle … pas facile à faire voter.

Comptabilité sociale

Le manque de comptabilité sociale 5) induit une perception de coût économique alors que les chiffres sur le niveau de revenu en fonction du niveau d'éducation6) ou le coût des journée de travail perdues pour maladie par les entreprises7) démontrent le contraire. Pour les externalités environnementales les relations sont moins claires hormis dans les manifestations violentes et situation de guerre.

Comptabilité environnementale

Le manque de comptabilité environnementale induit également une perception d'externalité économique forte à la richesse de l'environnement non exploitée8). L'étude des bénéfices au-delà de la durée de vie de l'exploitation de la nature et de sa remise en état suggère l'inverse simplement par la durée sur laquelle s'applique le bénéfice9). Les exemples de zones strictement protégées en mer qui redonnent vie à l'activité de pêche côtière se multiplient.10)

 

Déjà vu

L'existant sur le site de l'hippodrome se résume à une nature qui ne nous supporte plus. Il n'y a presque rien qui soit porteur de l'avenir du quartier.

Cette page est une liste de ce qu'il semble possible de faire dès maintenant, sans effort particulier, juste en s'appuyant sur des pratiques existantes ailleurs que sur le site du quartier. On y note également des statistiques sur ce que l'on fait déjà mais que l'on pourrait faire autrement ou qu'on pourrait bien mieux faire. Mais aussi les seuils qui semblent le plus souvent cités pour ce qui ne se fait pas mais qui devrait impérativement se faire pour la durabilité de nos sociétés.

Alimentation

Il n'y a pas de pénurie d'aliment au Québec et pourtant une part non négligeable de la population est mal nourrie.1)

  • Un panier de légume par semaine 6 mois par an 100 mètres carrés de culture irriguée avec petite serre et tunnels pour démarrer la saison et la prolonger un peu.2) Avec une surface équivalente en serre on peut espérer avoir des légumes frais toute l'année mais avec des coûts de chauffage.
  • Pour avoir des légumes de conserve, 100 mètres carrés.

Salaire

Notes pour le Québec

  • Le salaire minimum pour passer le seuil de faible revenu en 2012 est estimé à 13,40$, 35 heures par semaine.3)4)
  • Le salaire horaire moyen est de 22,47$ en nov 20125) à relativiser selon les catégories en fonction du non emploi.
  • En nov 2012, le taux d'emploi est de 60,6%6)
  • En nov 2012, 20,7% des employés sont employés par la fonction publique7)
  • Produit intérieur brut aux prix du marché 322 690 millions de $ en 20118) Pour une population totale de 6600400 habitants avec un taux d'emploi de 59,3%.9)

1) Le club de petits déjeuners du Québec, un constat clair et net http://www.clubdejeuners.org/le-club/historique.html
2) Le jardinier-maraîcher, Jean-Martin Fortier, Écosociété http://lejardiniermaraicher.com/
3) Seuil de faible revenu, panier de consommation et pauvreté http://publications.gc.ca/collections/Collection-R/LoPBdP/EB-f/prb0310-f.pdf
4) Mesure du panier de consommation pour le Canada http://www.statcan.gc.ca/pub/75f0002m/2011002/tbl/tbl04-fra.htm
5) Statistiques Canada salaires moyen des employés http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/labr69f-fra.htm
6) Statistiques Canada Caractéristiques de la population active http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/lfss01b-fra.htm
7) Statistiques Canada L'emploi selon divers critères http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/labr66f-fra.htm
9) Statistiques Canada Caractéristiques de la population http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/lfss02b-fra.htm
 

Impôts

Le taux d'imposition moyen au Canada est de … Difficile de faire une idée précise. Statistique Canada nous dit 16,4%1) toutes familles confondues mais entre 17,3 et 32,8% pour les familles ayant un revenu de plus de 25000$; l'OCDE nous dit 30,8%2).

Il est plus élevé dans des pays ou dans les provinces ayant plus de services collectifs. Il est très inégal. Certains ne payent pas d'impôts d'autres en payent. Cette inégalité fondée sur la richesse individuelle considère deux choix de société comme des réalités immuables: l'impôt doit être payé en monnaie centrale3) et qu'il y a des pauvres. Beaucoup de pauvres4) et beaucoup d'inégalités. Une personne au salaire minimum au Canada vit sous le seuil de faible revenu mais paye tout de même des impôts. 32,1% des ménages vivent avec moins de 25000$ par an5).

Il existe en 2012 au Québec et dans de nombreuses autres parties du monde une très grande similitude entre les impôts et les taxes. Leur fonction devient la même en entrant dans le budget général de l'état. Les impôts sont prélevés sur les revenus pour les employés6) et sur les bénéfices pour les entreprises. Les taxes sont prélevées sur la valeur ajoutée de la transaction. Il y a suffisamment d'exceptions pour créer une profession de fiscalistes.

Les prélèvements sociaux obligatoires ressemblent à s'y méprendre à des impôts. Hormis le fait qu'ils sont dédiés, l'obligation de payer en argent et le service à la collectivité ne laissent que peu de doutes.

Globalement, les prélèvements obligatoires de toute sortes (impôts, taxes, prélèvements sociaux) sont difficiles à mesurer. Et les services à la collectivité fournies par ces impôts encore plus difficiles à évaluer. Pour augmenter la difficulté, les revenus de la collectivité ne proviennent pas uniquement de ces prélèvements obligatoires. Même les visualisations les plus claires des budgets font des impasses sur certains sujets.


3) La monnaie centrale au Canada est le $ dollar canadien
6) Travail rémunéré sans emploi inclus malgré une très grande différence pour l'avenir http://www.youtube.com/watch?v=NuNloPCfZbc&sns=tw
 

Lois et règlements

Les lois et règlements conditionnent les projets. Plus que tout autre, les projets qui veulent changer les façons de faire et les façon d'être. Les lois et règlements formalisent ce qui seu fait habituellement et limitent les excès inacceptables. Les projets innovants heurtent de plein fouet ce passé formalisé dans les textes.

Les principaux domaines que ce projet veut changer sont le rapport à l'impôt et la mise en capital de la nature dans le territoire urbanisé.

À ce stade ce serait bien de trouver un moyen de passer en revue les lois et règlements et de pouvoir les annoter ou juste les évaluer pour savoir si elles permettent ou interdisent la mise en œuvre le fonctionnement du projet. Votre aide serait utile. Envoyez-moi un Tweet à @brunogadrat pour un outil en ligne qui permettrait de faire ça simplement. Écrivez et dessinez vos propres éléments d'analyse des lois et règlements qui rendent possible ce projet sur votre wiki ou votre blog et Twittez votre lien avec #projethippodrome .


 

Monnaies

La monnaie a été crée pour faciliter les échanges1).

  1. La monnaie est une unité de compte. Contrairement aux objets échangés elle est divisible ou cumulable à volonté
  2. La monnaie est réserve de valeur. Contrairement aux objets échangés, elle permet de s'affranchir du temps. Elle conserve sa valeur par sa rareté2).
  3. La monnaie ne peut exister que si elle est acceptée comme moyen d'échange (de paiement). La fonction d'endettement et l'obligation de payer les impôts en monnaie sont les deux principaux moyens de forcer cette acceptabilité.

La monnaie centrale ( monnaie du pays ) est liée à la valeur marchande. Le principal avantage est de faciliter les échanges sans contraintes de temps, de quantité ou d'échanges intermédiaires qui existent dans le troc. Le principal défaut de la monnaie est que la spéculation prend le dessus sur la fonction d'échange. Par ses caractéristiques, la monnaie centrale est créatrice de capital économique et destructrice de capital social et environnemental. L'état de la planète le démontre au niveau global et la difficulté de financement des associations locales pour des actions sociales et environnementales le démontre au niveau local.

La monnaie fiduciaire 3) peut prendre d'autre formes que la monnaie du pays pour répondre à des objectifs précis. Les plus connues au Québec sont l'argent Canadian Tire qui sert capter la monnaie pour des échanges uniquement dans cette chaîne de magasins. Il est à parité avec le dollar canadien mais uniquement par l'intermédiaire d'une vente. On peut penser aux air-miles pour un échange dans un groupe de magasins affiliés ou à la carte opus du métro montréalais.

La monnaie commodité ou directe entre individus sans banque centrale ou organisme tiers de contrôle de la monnaie existe de façon très ancienne avec des coquillages ou avec des moyens très actuels comme les bitcoins 4). Son utilisation est la même que la monnaie centrale. Son objectif est simplement de se passer de la nécessité d'une autorité émettrice de la monnaie et de son contrôle.

Monnaie locale ou complémentaire

Les monnaies locales 5) répondent au besoin de créer une monnaie qui ne soit pas liée uniquement à la valeur marchande. Elles sont le plus souvent mises en place dans les périodes de difficulté économique pour favoriser l'économie locale. Elles peuvent aussi inclure des objectifs complémentaires comme l'échange de services non-marchands6), l'élimination des problèmes de spéculation ou de délocalisations des marchés. Elles ont pour principal inconvénient de créer une économie qui sort du contrôle par la monnaie du pays.

Elle sont donc complémentaires à la monnaie principale du pays.

Évaluation pour la préservation de la nature

Nous ne passerons pas en revue toutes les monnaies locales( ou monnaies dédiées ) qui existent et nous écarterons volontairement toutes celles qui ont un caractère strictement économique comme l'argent Canadien Tire, les air-miles, les coupons rabais etc.

Nous ne passerons pas non plus en revue celles qui ont une vocation sociale comme les coupons cool taxi, les billets gratuits pour les enfants ou les réductions pour les familles.

Ce sont les monnaies qui ont une volonté d'influence sur la nature qui nous intéressent.

Sol modèle lyonnais

Deux monnaies sont créés le sol-eco et le sol-temps7).

  • Le sol-eco pour les échanges marchands à valeur écologique et sociale. Monnaie à 95% de parité à l'euro fondante à 2%, comptabilisée par l'entreprise et répondants aux lois fiscales et sociales8)
  • Le sol-temps pour les échanges non-marchands, des engagements contribuant au mieux vivre. Don, bénévolat ou volontariat non imposable ni taxabe. Comptabilisé en heures.

Ces deux monnaies ont un contrôle éthique et environnemental par le comité qui fait l'affiliation des commerces agréés. Elles ne sont pas en soi créatrice de capital environnemental si celui-ci n'a pas d'intérêt d'échange pour les personnes concernées.

Sol modèle toulousain

Le Sol-violette9) réoriente le crédit vers l'activité éthique et locale. Il répond à 5 objectifs

  1. Relocaliser les transactions monétaires, le crédit bancaire et l'épargne du réseau classique vers un réseau éthique.
  2. Prioriser le financement de l'offre locale et de la demande solvable des citoyens précarisés entreprises selection des prets pour les entreprises ecoresponsables et micro-crédit pour sortir de la précarité.
  3. Amplifier la circulation monétaire au sein d'un circuit local court. Convertibilité à 105% de l'euro vers le sol violette pour augmenter la masse monétaire locale et reprise du 5% dans l'autre sens. Et monnaie fondante à 2% par trimestre pour accélérer sa circulation. Monnaie permanente au lieu de monnaie dette.
  4. Orienter la production locale vers le respect des humains et de la nature. La monnaie locale permet de contrôler la qualité éthique et environnementale de l'euro accepte et de la qualité éthique et environnementale de l'euro prête et depensé dans un réseau d'entreprises certifiées.
  5. Instaurer une gouvernance partagée et citoyenne de la monnaie. Un comité d'agrément formé de tous les parties avec décisions au minimum aux 2/3

Le point 4 oriente les productions vers un respect de la nature, mais il n'y a pas d'objectif de création de capital naturel.

Green dollar modèle Victoria

Le modèle lets (local exchange trading system) a été créé en 1982 par Michael Litton à Courtney (BC). Le lets de Victoria10) utilise le troc en priorité pour les échanges de biens et services. Il utilise une monnaie virtuelle le Green dollar à chaque fois que c'est possible et pour au moins 50% de la transaction.

Il n'est pas nécessaire d'avoir préalablement de la monnaie pour faire une transaction. On peut commencer avec un dû. C'est la transaction qui crée la monnaie. Il n'y a ni penalité ni intérêt à être au-dessus ou en dessous de zéro Green dollars.

La valeur du Green dollar est déterminé par l'échange dans la communauté lets qui en est le propriétaire et l'utilisateur exclusif. Les décisions du groupe lets se prennent par consensus. Le Green dollar est à parité avec le dollar canadien. Il y a autant de Green dollars que nécessaire. Les transactions sont enregistrées par ordinateur ou par téléphone.

Malgré la volonté de transactions socialement et écologiquement résponsables, c'est seulement les prises de décision du groupe lets qui permettent de le garantir. Le système n'est pas par lui-même créateur de richesse naturelle.

Le Calgary dollar11) fonctionne de manière similaire. Le don d'une quantité de Calgary dollars en bienvenu aux nouveaux membres et l'acceptation par les marchands participants comme don de fidélité permet l'amorce du système commercial local. La reconnaissance par les autorités pour l'utilisation du transport en commun est un exemple d'un effet environnemental direct. Le Calgary dollar existe en billets avec toutes les garanties des billets de banque. Le Calgary dollar est à parité avec le dollar canadien. Pour les marchands, le gouvernement fédéral exige les taxes comme sur les transactions en monnaie centrale.

Monnaie permanente, monnaie dette et autre formes

La monnaie permanente12) est créé sur des actifs permanents et n'est pas détruite. La monnaie dette est créé sur des emprunts et détruite lors du remboursement de ceux-ci. .

Ces deux aspects ne permettent pas de créer du capital naturel. On ne peut pas définir une valeur de remplacement à la nature, on peut juste définir une valeur de réparation si le seuil d'irréversibilité n'est pas atteint. L'évaluation par service écologique est une façon de définir une valeur du bénéfice sans nécessité d'évaluer le capital.

La monnaie peut aussi être crée sans que la contrepartie soit évidente et explicitement ne servir qu'une fois comme par exemple dans les bons de réduction des magasins. Ces deux caractéristiques peuvent représenter correctement la production et la consommation de bénéfice de la nature.

Échanges et autres relations

La monnaie est adaptée pour faciliter les échanges, mais toutes les relations qui pourraient ressembler à des échanges ne sont pas des échanges et les échanges ne sont pas tous de même nature.

La vision économique est centrée sur l'échange. La comptabilité économique et l'argent permettent de maîtriser les principaux aspects de l'échange.

La vision sociale est centrée sur la reconnaissance de choses en commun avec d'autres individus et la subsistance des individus. La culture et les règles de mise en commun ou de délimitation du savoir vivre permettent de prévenir et d'apaiser les tensions. Les interdits, le partage, la mise en commun et l'aide aux individus font partie des moyens usuels de maîtrise des relations. La création d'une comptabiliste sociale reste à inventer. Elle ne peut pas être bâtie sur le même modèle que la comptabilite économique car la nature des relations est rarement un échange. Des liaisons avec la comptabilite économique existent.

La vison environnementale est en profonde mutation car le capital naturel est entamé sans espoir d'auto régénération. La mise en réserve qui prévalait dans les siècles passés n'est plus suffisantes pour garantir la capacité de support des écosystémes. La comptabilité environnementale ne fait que constater des pertes. La comptabilité économique est un facteur d'acceleration de ces pertes en ne prenant pas en compte le prélèvement dans la nature car il ne s'agit pas d'un échange.

Le tableau suivant explore des moyens adaptés pour faciliter ou permettre la traçabilité des transactions.

Transaction Principales caractéristiques Moyen de facilitation ou de traçabilité de la transaction
Échanges
Troc Échange immediat de biens de valeurs équivalentes Certificat de propriété
Achat, vente Échange differé de biens de valeurs équivalentes Monnaie centrale
Achat local, vente locale Échange différé de biens de valeurs équivalentes avec des conditions sur les provenances et destinations Monnaie locale, carte de paiement avec tenue de compte, carte opus, interact, monnaie d'entreprise
Achat encadré, vente encadrée Échange différé de biens de valeurs équivalentes avec des conditions sur la nature Bon d'achat, carte cadeau, carte de magasin , monnaie locale avec distributeurs autorisés
Transferts
Don Transfert de bien sans contrepartie avec satisfaction des deux personnes Certificat de propriété
Vol Transfert de bien sans contrepartie au détriment d'une des deux personnes Remboursement avec pénalité
Protection totale contre les transferts Mise en réserve pour l'avenir avec prélèvement nul Tabou, réserve stricte, interdiction d'accès à des lieux, financement externe nécessaire pour garantir la protection
Prélèvement des intérêts Transfert de bien sans reconnaissance ni contrepartie entre la nature et une personne sans de rendement Culture, quotas, bons de rationnement
Prélèvement du capital Transfert de bien sans reconnaissance ni contrepartie entre la nature et une personne avec baisse perpétuelle de rendement Besoin d'une monnaie dédiée de reconstitution du capital
Régulation des prélèvements Maintien du transfert sans contrepartie à un niveau soutenable Lois et règlements, normes, politiques, chartes. Besoin d'une monnaie de régulation des prélèvements
Réparation des dommages Transfert de bien sans reconnaissance ni contrepartie entre une personne et la nature avec espoir de rendement Bénévolat, peine, assurance, monnaie centrale
Production
Reconstitution de capital Rétablir la capacite de support de l'écosystème Bénévolat, crédits carbone, monnaie dédiée
Production d'intérêts de la nature Production de biens essentiels, périssables Monnaie locale. Besoin d'une comptabilité discernant clairement le capital et les intérêts de l'environnement et intègre le caractère périssable
Production de connaissances Production de biens durables La monnaie nécessaire n'est pas celle de la valeur du bien mais de son maintien dans la collectivité. Besoin d'une monnaie de subsistance et d'une comptabilité différenciée entre production et moyen de production
Utilisation
Partage Transfert partiel Monnaie centrale ou locale
Usage co-usage Disparition du bien Monnaie fondante ou inflation sur monnaie centrale, comptabilité commune et individuelle
Utilisation co-utilisation Préservation du bien avec usage de sa fonction Monnaie de contrôle des abus, comptabilité commune et individuelle
Bien commun Préservation du bien avec partage du temps d'utilisation Monnaie de répartition dans le temps

Relations entre les monnaies des divers domaines

Actuellement la comptabilité économique intègre les externalités de différentes façon. La façon dont les comptabilités environnementales et sociales intègrent leurs externalités reste à préciser et encore plus pour les relations entre ces comptabilités.


2) La difficulté d'emprunter donne de la valeur à la monnaie et en même temps limite les échanges réels.
3) Confiance dans l'autorité qui émet la monnaie. S'oppose aux monnaies précédentes qui avaient une valeur propre fondée sur l'utilité ex:sel ou la rareté ex:or
4) Monnaie directe bitcoin le site wiki avec les explications en anglais https://en.bitcoin.it/wiki/Introduction et une vidéo en français http://m.youtube.com/watch?v=nzvr0Ge6i7c qui nous montre entre autres que les échanges deviennent possibles sur l'Internet alors que jusqu'à présent on avait juste des copies.
6) Local Exchange Trading Systems ou Time Banks, Systèmes d'échanges locaux SEL, ont des échanges démonétisés. L'équité des échanges est fondée sur le temps de travail compétent sans distinction de spécialité.
8) Compatibilité de la monnaie locale en France avec la loi française sur l'euro http://minilien.fr/a0mu3c
9) Liens vers d'autre monnaies locales sur la page du Sol lyonnais http://unemonnaielyonnaise.blogspot.fr/p/pourquoi-une-monnaies-locale-et.html
10) Lets de Victoria et Green dollar http://www.lets.victoria.bc.ca/
 

Une nature qui ne nous supporte plus

Au premier coup d'œil sur la situation existante, on voit que ce lieu n'est plus viable. Totalement remanié pour en faire un hippodrome, même la nature à du mal à s'y réinstaller.



Le lieu

La nature n'est plus dans la course. Un simple regard sur la photo aérienne nous montre qu'une très grande partie de la surface est imperméabilisée. Des très grands stationnements et des bâtiments occupent le pourtour du lieu. Au centre, la grande pelouse cernée par la piste est une nature extrêmement pauvre. Elle est probablement peu polluée.

Des très grands lampadaires accompagnent la piste et ponctuent les stationnements.

www.designvegetal.com/projets/projethippodrome/cartes/projethippodrome.kml

Le quartier est suffisamment grand pour pouvoir initier une organisation locale. La gouvernance locale est à inventer. Elle devra être compatible avec la gouvernance de la ville. Le quartier est suffisamment isolé pour devoir trouver des solutions de vie sur place ou à proximité.

Le contexte

Le contexte est urbain avec une voie ferrée qui l'isole au sud, une zone industrielle qui le côtoie a l'ouest, un grand centre commercial qui en canalise l'entrée au nord et un lotissement à l'est séparé par une voir ferrée. Ce contexte immédiat l'isole de la ville malgré la proximité d'une station de métro et des lignes de bus qui le desservent. Cet isolement et les liaisons avec la ville sont une belle opportunité pour créer un nouveau paysage qui jouisse d'une certaine autonomie sans se couper du monde.

L'objectif est de créer un paysage nouveau. C'est donc plus le contexte global auquel il faut prêter une attention particulière. Ce qui fait la vie de tous les jours sans même qu'on y fasse attention.

Une économie mondialisée qui consomme la nature plus vite qu'elle ne peut se régénérer.1) Une économie soutenue par des monnaies dont le fonctionnement normal conduit inévitablement à la destruction de la capacité de support de l'écosystème. C'est le cœur du problème à résoudre.

Des Références

1) Il nous faudrait plus d'une planète pour continuer à vivre comme on le fait
http://awsassets.wwf.ca/downloads/rapport_planete_vivante_2010_rapport_en_bref.pdf
 

L'idée

Le territoire

Propriété

Le maintien de la capacité de support des écosystèmes passe par une préservation totale du tiers du territoire. Pour maintenir l'équilibre entre la société et les individus, le reste du territoire est partagé à égalité.

Occupation du sol et production du territoire

Que l'espace soit public ou privé, il doit assurer le support à perpétuité de la communauté. Dans l'espace public, cette occupation est contrôlée par la répartition de l'impôt. Dans l'espace privé, cette proportion est contrôlée par les taxes.

 

Animation

Occupation du temps

Laisser autant de place à l'action pour l'activité au service de la collectivité que pour soi-même.

Commerce

Santé

Nourriture

Personne ne doit manquer de nourriture et ça ne doit pas se faire au détriment de la nature. C'est garanti par le service à la collectivité.

Activité physique

Tout l'aménagement du territoire, des constructions ou des façons de vivre doit contribuer à favoriser une activité physique saine suffisante et sans excès.

Soins de santé

Comme ailleurs au Québec, les soins de santé sont gratuits. La grande différence, c'est que la prévention est au cœur du système pour le quartier. La nourriture saine et l'activité sportive font partie des soins de santé. L'éducation également.

Éducation

L'éducation est une richesse sociale entretenue par la collectivité. Elle fait partie du système d'impôts. Le niveau social visé est trois domaines de compétences par personne au mieux de ce que chacun est capable d'atteindre et entretenu régulièrement par la formation continue. Au-delà de trois compétences, c'est du domaine de la richesse personnelle et n'est pas inclus dans le système d'impôts.

Vie culturelle


 

Prendre la nature en compte

La comptabilité économique ne peut pas prendre correctement en compte la nature pour deux raisons essentielles.

  1. La monnaie centrale détruit la nature1).
  2. Les règles comptables interdisent la création de valeur en faisant des transactions d'échange2).

La comptabilité de développement durable va résoudre le problème.

Une transition vers la comptabilité de développement durable

L'idée est de modifier légèrement nos habitudes comptables pour que la nature soit financée au-delà de son seuil de maintenance. Pas juste en intégrant des externalités, mais en faisant une vraie comptabilité de développement durable. Comme il y a encore de grands pans de cette comptabilité à inventer et que l'on veut des résultats immédiatement, on va commencer avec une visibilité plus claire des entrées et des sorties du système comptable. Cette liaison rendue visible permettra d'agir au-delà de l'entité comptable sur le contrôle de ses fournitures, fournisseurs, produits et clients et d'en mesurer les effets sociaux et environnementaux. Cette mesure permettra d'ajuster le système global par proximité. L'intégration des comptabilités dans un réseau global permettra également de mettre en place les régulateurs nécessaires.

Les principes essentiels

La comptabilité de développement durable, c'est une comptabilité proche de la comptabilité économique3). La comptabilité économique permet de répondre à quelques questions simples. La comptabilité de développement durable va répondre aux mêmes questions pour chacun des trois domaines environnemental, social et économique.

Un budget très similaire

Le budget nous prédit si un projet va faire des bénéfices ou des pertes par la différence entre les revenus et les dépenses. L'idee est de répondre aux mêmes questions pour l'environnement et la société. Est-ce qu'on fait des bénéfices ou des pertes ? Combien de mètres carrés d'environnement équilibré a-t-on gagné ou perdu ? Combien d'heures de bonne qualité de vie a-t-on gagné ou perdu ?

Un journal un peu plus complet

Pour évaluer les revenus et les dépenses du budget, on fait un journal prévisionnel dans lequel on note toutes les opérations prévues pour réaliser le projet. La comptabilité économique interdit d'inclure des opérations qui ne sont pas monétaires et la description de l'opération est souvent réduite.

L'idée pour passer à la comptabilité de développement durable est de rendre explicité le compte de départ et le compte d'arrivée pour chaque transaction et d'inclure les transactions non financières avec une unité de mesure en surface pour l'environnement et en temps pour le social. En pratique, on utilise un coeficient pour faire une évaluation préliminaire de la valeur à utiliser dans la comptabilité économique et la comptabilité sociale en utilisant la même mesure que la comptabilité économique.

Des opérations qui ne sont pas seulement des échanges

La comptabilité économique prend en compte uniquement les échanges de réel (bien ou service) contre de la monnaie. La comptabilité de développement durable prend en compte les opérations qui ne sont pas des échanges. Par exemple les dons, la diffusion, l'aide, etc. Il y a donc des opérations qui ne sont pas seulement des additions ou des soustractions. En attendant de fixer tous ces modes de calcul, en plus de la multiplication et de la division, le recours à des tables de référence permet de faire les calculs à la main.

L'idée est d'utiliser des opérations qui font du sens par rapport au type de transaction effectuée réellement.

Des opérations qui doivent être révisées

Dans la comptabilité économique, quand on fait un prélèvement dans la nature, on peut inscrire dans son inventaire, la valeur qu'on espère en tirer dans une vente. La richesse est crée par un accord sur le prix lors de l'échange. La richesse est détruite par le manque de confiance dans la valeur de la monnaie utilisée.

Dans la comptabilité environnementale et sociale, la richesse est crée par la richesse de la relation sociale et par la richesse de la capacité de support des écosystèmes. La richesse est détruite par la consommation ou la dénaturation de ces richesses.

Étant donné que les opérations ne sont pas semblables et ne portent pas sur les mêmes choses, l'idée est de les comptabiliser dans des comptes différents, avec des unités de comptes différentes et en appliquant des opérations qui ont du bon sens à chacun des comptes. Les relations entre les comptes sont définies par des règles de calcul ou des tables de correspondance en respectant les règles spécifiques à chacun.


1) Le principe d'équivalence des capitaux prend le capital de la nature pour le transférer dans la monnaie
2) Les règles comptables interdisent la création de valeur. Il faut obligatoirement prendre la richesse à quelqu'un d'autre ou à la nature
3) La comptabilite de développement durable est proche de la comptabilité économique, mais pas trop proche pour ne pas en avoir les limitations
 

Impôts et taxes au cœur de la durabilité

L'impôt sert à créer les richesses naturelles et sociales nécessaires à la perpétuation de la collectivité et les taxes servent à la conserver.

La distortion avec les pratiques actuelles est importante, tant au niveau local que provincial ou fédéral. Le projet est au niveau local. Des solutions de mise en œuvre devront donc être trouvées pour atteindre les paramètres essentiels.

Les retours d'impôts servent à faire tourner l'économie. L'impôt est prélevé en travail. Le retour d'impôts est donné en argent. Étant donné que l'impôt est une création de richesse, l'argent pour représenter cette création est lui aussi créé. L'utilisation de l'argent du retour d'impôts est le carburant de l'économie locale.

 

Lois et règlements

Urbanisme

Usages

Les usages des plans d'urbanisme doivent inclure un nouvel usage de protection de la nature pour préserver sa capacité de support et sa régénération.

Croissance du quartier

La structure de gouvernance et les lois et règlements doivent permettre une croissance sans jamais dépasser la capacité de support de la nature

Équilibre privé public

La gestion collective est structurée par l'impôt. Le mode coopératif doit être utilisé pour des espaces à la fois collectifs mais sur une petite partie du quartier.

 

Définir une monnaie créatrice de capital naturel

Identité

Cette monnaie crée la richesse naturelle au lieu de la détruire. Elle facilite le déplacement et l'épargne des intérêts produits par la société et par la nature. Elle régule la consommation de ces intérêts. Elle ne permet pas de confondre le capital et les intérêts.

Pour simplifier le texte, la description est faite pour la valeur environnementale. Sauf exceptions notées dans le texte, la monnaie créatrice de capital social est pensée de la même manière que la monnaie créatrice de capital naturel.

La monnaie créatrice de capital économique existe déjà par la monnaie centrale. Sa conception est très différente des deux autres. Voir Monnaie centrale

Objectifs

  1. Faciliter la creation de richesse naturelle, sociale et economique
    • Faciliter la création de capital naturel
    • Faciliter les activités culturelles
    • Faciliter l'échange de biens et services (rôle classique de la monnaie)
  2. Permettre une régulation des activités à des niveaux souhaitables
    • Permettre une régulation des prélèvements dans la nature
    • Permettre une régulation des activités ayant un effet sur le bien être
    • Permettre une régulation des effets indésirables des échanges de biens et services
  3. Permettre une mise en œuvre à diverses échelles de groupes sociaux
    • Internationale
    • Nationale
    • Provinciale
    • Locale

Acceptablité des solutions

  1. La monnaie créatrice de richesse naturelle doit être compatible avec la monnaie et les lois du pays.
  2. La définition et la mise en œuvre doivent être simples pour être facilement compréhensible et utilisable.
  3. Le maintien du système monétaire doit faire l'objet d'un contrôle démocratique.
  4. La monnaie ne doit pas conduire implicitement à créer des déficits dans l'un ou l'autre des domaines environnementaux, sociaux ou économiques.

Caractéristiques de la monnaie créatrice de capital naturel

Enterrer une pièce de monnaie ne fera pas pousser un arbre. La monnaie ne peut pas directement créer du capital naturel. Elle peut en revanche servir à payer ceux qui crée de la richesse naturelle. La création n'est pas un échange. La monnaie doit donc être crée même temps que le capital naturel est crée. C'est le rôle de l'impôt dans ce projet de paysage à l'échelle du quartier. Dans un projet de construction ou dans le fonctionnement, la monnaie peut aussi être créé s'il y a création de valeur.

Pour que cette monnaie soit utile, il faut qu'elle puisse servir à échanger des biens et des services et à réguler ces échanges.

Unité de compte

Pour permettre les échanges, il faut qu'elle serve d'unité de compte des intérêts du capital naturel. Elle est donc divisible et additionnable à volonté. Elle ne doit pas servir d'unité de compte du capital. La monnaie d'intérêt de la nature est crée lors de la création d'intérêt par la nature. Elle peut servire à tous les échanges sans perte ni gain de valeur. Elle est cependant détruite par la consommation des intérêts de la nature.

Réserve de valeur

Le capital de nature est la réserve de valeur. Il est évalué par la productivité du milieu. Le capital de nature est evalué pour la communauté en divisant la valeur collective par la population. la part de richesse collective par habitant doit au minimum être équivalente au seuil de durabilité.

L'unité de mesure du capital naturel ne sert pas à échanger du capital naturel. Elle sert à le représenter. Elle est crée quand du capital naturel est créé et elle est détruite quand du capital naturel est détruit.

La monnaie qui représente la valeur des intérêts produits par la nature n'a pas de valeur de réserve. Si elle n'est pas détruite par consommation de la nature, elle est détruite par dégradation dans le temps à la même vitesse que la dégradation naturelle.

Moyen de paiement

La monnaie d'intérêt de la nature est acceptée pour tout paiement dans tous les échanges agrées sur le territoire du quartier. Elle perd sa valeur en fonction de la distance du quartier et le contrôle de la production de capital naturel par la société dans lequel se fait la transaction. Une taxe est appliquée à chaque transaction pour refléter cette perte de valeur.

Monnaie locale ?

Pour répondre au besoin de compatibilité avec les autres monnaies et d'utilisation à plusieurs échelles, la définition de l'espace de validité et des relations aux autres monnaie est obligatoire. Pour la reconnaître et l'utiliser, il faut un groupe.

Elle doit avoir une relation avec le territoire pour garder leurs spécificités. Même si elle est nationale ou s'applique à un groupe, relativement au reste du monde, elle à un caractère local.

Chercher la correspondance entre groupe humain et milieu environnemental n'est pas nécessaire. La liaison avec le territoire facilite cependant la mobilisation autour d'un lieu ou d'une action.

La définition de modalités d'échanges en diverses valeurs autres que les monnaies (exemple heure de travail) permettent d'internationaliser les échanges.

Monnaie fondante ?

Le caractère fondant de la monnaie accélère les échanges pour une plus petite masse monétaire. C'est utile pour démarrer un projet en manquant de monnaie et pour que l'épargne ne se fasse dans la réalité qui nous entoure plutôt que dans la monnaie.

Comptabilisation pour une construction

Les déficits et les bénéfices environnementaux font partie de l'investissement

La comptabilité des bénéfices (déficits) environnementaux est un impératif pour toute la durée de vie du projet et à chacune de ses étapes.

Les déficits doivent être comptabilisés en argent nécessaire pour les combler et financés dès le début du projet. Les déficits de valeur environnementale devront impérativement être comblés par des actions de production de milieux naturels. Le financement dès le début du projet évitera tout retard de mise en oeuvre.

Les bénéfices environnementaux devront entrer dans la comptabilisation environnementale de la construction. Les bénéfices environnementaux, formalisés sous forme de monnaie locale, peuvent être placés dans des organisations de protection locale pour les faire fructifier ou redistribués aux usagers par un retour en argent local ou des bons d'achat dans les commerces locaux.

Les déficits et bénéfices structurels sont inclus dans l'investissement.

Fonctionnement

Les déficits et les bénéfices environnementaux liés à des actions particulières sont régulés par la monnaie; soit à la source pour la consommation normale, soit par un paiement dès que le montant dépasse l'équivalent d'une journée de travail.


 

Paramètres du projet

Les paramètres sont un ensemble d'objectifs qui doivent être atteints immédiatement, à court ou à long terme. Certaines qualités sont des fondamentaux de la culture du pays et seront immédiatement visibles dans le paysage. D'autre éléments ont des importances variables et en conséquence peuvent être plus ou moins bien réalisés sans mettre en péril le paysage.

Fondamentaux

  1. Création et maintient de capital de nature suffisant pour assurer la vie de la communauté uniquement sur la consommation des intérêts.
  2. Zéro pauvreté
  3. Individu et collectivité à équivalence de droits et devoirs

Essentiels

  1. Empreinte environnementale limitée au territoire
    1. Agriculture et horticulture dans le quartier
    2. Énergie produite et consommée localement
    3. Eau captée, utilisée et épurée avant rejet
    4. Zéro déchets
  2. Compatibilité avec les individus
    1. Pas de réactions contreproductives des principaux caractères humains
  3. Régulation des échanges
    1. Contrôle des échanges matériels
    2. Libre circulation des personnes
    3. Monnaie locale et globale

Confortables ou agréables

  1. Pôle international d'art de vivre

Neutres, ou peu d'effets

  1. PIB du Québec, du Canada ou d'autres pays
 

L'idée: Une économie créatrice de nature

On a tous envie que le saccage de la nature cesse. On veut qu'il n'y ait plus de pauvres. On veut d'un bel avenir pour nos enfants et pour nous. Et bien je vous propose de simplement dire que c'est possible et qu'on va créer un lieu comme ça. Le projet de l'hippodrome de Montréal va être une occasion de concrétiser cette idée.

L'idée d'un monde à rebâtir

Au premier coup d'œil sur la situation existante, on voit que ce lieu n'est plus viable. Totalement remanié pour en faire un hippodrome, même la nature à du mal à s'y réinstaller. L'idée est simple: rebâtir un capital de nature abondant pour qu'une petite collectivité puisse vivre des intérêts que la nature fournit. À l'échelle de la planète, on se fait la même réflexion, mais l'idée est de commencer ici et maintenant. Tant mieux si on peut sauver la planète par le bon exemple qu'on va donner.

Une idée qui se concrétise à plusieurs niveaux

Des règles générales du pays au détail de construction ou de manière de vivre, tout est orienté vers la production d'une nature riche dont on peut profiter des intérêts. Le projet ne peut pas exister sans une action à chacun de ces niveaux de paysage, mais il ne nécessite pas que la planète entière soit convertie ou d'être isolé du reste du monde pour exister. C'est ce que ce que la mise en œuvre de cette idée va démontrer.

Une idée qui ressemble à une urgence éternelle

Lorsque les civilisations dépassent la capacité de support de leur écosystème, elles disparaissent. Jusqu'à présent, elles renaissaient ailleurs et laissaient à la nature, le soin de se cicatriser. Malheureusement, la planète est devenue trop petite et les autres planètes sont trop loin. Nous n'avons plus le choix de notre idée de base, il faut reconstruire la nature là où nous l'avons détruite pour qu'elle puisse nous supporter.

Une idée forte de multiples expériences

L'Internet a complètement changé notre capacité à développer les idées. L'expérience des autres devient facilement accessible. Cette quête d'une vie sans souci d'avenir et sans prendre aux autres à déjà été expérimentée avec de nombreuses variantes. Il y a eu beaucoup de réussites. La plupart ont été incorporées après plusieurs années à la vie du reste du pays et sont.

Il y a deux points communs aux échecs des sociétés à atteindre les objectifs que nous voulons. C'est d'une part notre croyance que l'argent est la richesse et d'autre part l'incapacité des monnaies usuelles à répartir les richesses et encore plus à créer celles qui sont essentielles pour une vie heureuse à long terme.

Le cœur du projet sera donc de mettre en place un système qui produise la richesse de la nature et ne permette d'en consommer que les intérêts.

Les paramètres du projet permettront de contrôler l'intérêt des propositions à chaque étape du projet.

 

Sa réalisation

Le territoire

Propriété

La répartition des propriétés, construites ou non, fait partie de la constitution du quartier. - 50% public - 50% privé - compte tenu d'une réserve stricte de nature correspondant au tiers du territoire.

Toute nouvelle surface laisse cette proportion inchangée. Un nouvel immeuble aura donc la moitié de locaux appartenant à la collectivité. (Voir impôts et taxes)

Occupation du sol et production du territoire

100% de la surface récupère l'eau, la filtre pour l'utiliser ou la retraiter avant de la laisser suivre son chemin. Tous les toits sont donc occupés par des jardins ou des serres.

Que l'espace soit public ou privé, il doit assurer le support à perpétuité de la communauté. La proportion des différents usages est défini pour l'ensemble du quartier. Le maintien des proportions et des qualités de l'occupation du sol public est assuré par l'impôt. Le maintien des proportions et des qualités de l'espace privé est régulé par les taxes. Certaines proportions doivent être comptabilisées en tenant compte des superpositions. Par exemple, un construction de 100 mètres carrés au sol sur 10 étages doit être comptée pour 100 m.ca en occupation du sol mais pour 1000 m.ca dans l'utilisation du territoire.

La densité d'habitants est limitée par la capacité de support de l'écosystème. L'état initial avec une capacité de support quasiment nulle ne permettait pas d'atteindre l'objectif de 8000 logement de la Ville. La première année à donc été occupée à installer de l'agriculture biologique sur la plus grande surface disponible pour assurer un démarrage rapide du quartier pour … habitants. Mais on était loin de l'objectif de la ville. Pour augmenter la capacité, la construction en hauteur à été nécessaire pour augmenter la surface de production de la nature. Les constructions permettent d'intégrer assez facilement de l'agriculture biologique. Les espaces extérieurs ont été réorientés vers l'installation de milieux boisés.

 

La vie du quartier

Occupation du temps

La première impression est que les gens ont beaucoup de temps libre. Cette impression est due au fait que la majorité du temps, ils font ce qu'ils veulent sans avoir de soucis pour leurs besoins essentiels.

Le temps se répartit comme une journée en dehors du quartier avec une partie occupée à travailler et le reste à dormir, manger et avoir une vie sociale.1)

La grande différence est que tout le monde travaille à mi-temps pour la collectivité et que chacun reçoit en échange un salaire décent à plein temps. Voir impôts et taxes Le travail non rémunèré habituellement est donc rémunéré et la répartition se fait sur l'ensemble des gens au lieu d'avoir plus de la moitié des gens qui travaillent sans être rémunéré. La répartition dans la journée et dans l'année de ce mi-temps pour la collectivité est variable en fonction des besoins déterminés par la collectivité. L'éducation fournit au moins trois compétences par personne afin que le travail pour la collectivité puisse varier. Il y a du travail à vie, mais pas de poste réservé. Le tirage au sort est une pratique usuelle pour répartir le travail.

L'autre moitié du temps de travail est personnel. Chacun le détermine en fonction de ses envies. Il n'y a pas d'obligation. Sans souci d'argent pour les besoins fondamentaux, chacun peut développer des activités rémunérées ou bénévoles.

Commerce

Le commerce est comme partout ailleurs. L'échange est facilité par l'argent. On peut utiliser la monnaie centrale ou la monnaie locale indifféremment. Les taxes sont prélevées automatiquement dans les transactions. Les taxes sont variables en fonction des objectifs environnementaux et sociaux du quartier. On a donc intérêt a utiliser les services d'une banque agrée par le quartier pour pouvoir bénéficier des retour de taxe directement sur chaque transaction. Ce retour de taxe est appliqué sur les productions du quartier, un bonus est appliqué sur les productions génératrices de bénéfices environnementaux et sociaux.

Santé

Nourriture

Le service à la collectivité comprend une partie de production de nourriture pour garantir la subsistance de la collectivité. C'est bio à grandeur du quartier. Cette production à beau être diversifiée, elle ne l'est jamais assez au goût des habitants, il est donc usuel de voir les habitants s'adonner à de la production dans leur appartement 2).

Activité physique

L'absence de voiture, la qualité des sentiers pour la marche ou le ski de fond, la participation aux activités de maintien du capital naturel, la production de nourriture, les systèmes de récupération d'énergie dans les bâtiments, tout est une occasion de bouger pour entretenir sa santé. L'encadrement des activités physiques par des spécialistes fait partie du système d'impôts et est donc non seulement gratuit en cas de difficulté, mais rémunéré pour l'essentiel.

Soins de santé

La nourriture saine et l'activité sportive font partie des soins de santé,l'éducation également. Chacun sait comment cultiver ses légumes. marcher, se déplacer en vélo ou en ski de fond est une évidence aussi bien pour aller au travail qu'à l'école ou ailleurs. Chacun sait comment faire pour soigner une grippe ou une gastro. Il n'y à habituellement aucune attente car le premier réflexe est un coup de téléphone qui tombe sur un système d'aide combiné à un système de rendez-vous. On ne se déplace jamais pour attendre et encore moins pour contaminer les autres.

Éducation

La formation n'est pas réservée a une élite, elle est largement ouverte. Chacun à plusieurs domaines de compétences à des niveaux divers. Il y a donc beaucoup plus de médecins et de soignants que nécessaire. Les compétences de chacun sont du domaine public, on peut facilement vérifier en cas de doute.

Vie culturelle


1) Statistiques Canada Temps consacré aux activités http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/famil36a-fra.htm
2) Agriculture urbaine à Montréal http://agriculturemontreal.com
 

Éléments pour la comptabilité

Dans le quartier de l'hippodrome, les habitants et la collectivité tiennent une comptabilité de développement durable. Pour être compatible avec les lois en vigueur, elle est séparée en trois volets. Une comptabilité économique, une comptabilité sociale et une comptabilité environnementale.

Voir les notes pratiques et les chiffriers qui permettent la comptabilité pour les particuliers les entreprises et la collectivité

La comptabilité économique

C'est une comptabilité classique mais prenant en compte les externalités. Elle met en réserve des montants d'assurances pour réparer les impacts environnementaux et sociaux. Elle inclut systématiquement les dépenses pour l'entretien du capital social et environnemental. L'utilisation de plusieurs monnaies est géré de façon classique dans plusieurs comptes. Les transferts entre les comptes sont soumis à des règles qui sont gérées directement au niveau de la banque locale agrée.

La comptabilité sociale

Elle reprend des éléments connus de la comptabilité économique: capital, intérêts, revenus, dépenses etc. Toutefois les règles d'opération sont différentes de celles de la comptabilité économique lorsqu'il ne s'agit pas d'échange. L'unité de compte est l'heure de qualité de vie. La quantité est mesurée en heures. La valeur est mesurée en qualité de vie.

La comptabilité environnementale

Elle reprend des éléments connus de la comptabilité économique: capital, intérêts, revenus, dépenses etc. Toutefois les règles d'opération sont différentes de celles de la comptabilité économique lorsqu'il ne s'agit pas d'échange. L'unité de compte est le mètre carré d'environnement de bonne qualité. La quantité est le mètre carré. La valeur est la qualité environnementale du lieu.

Le journal

La ligne de description de la comptabilité économique est actuellement c'est un fourre tout dans lequel on indique le partenaire de l'échange, le produit échangé, le compte avec lequel on fait l'échange si c'est un transfert entre comptes ou autre chose. Rien n'est fixé. Dans la comptabilité de développement durable le compte de départ et le compte d'arrivée de la transaction deviennent explicite. Le journal est habituellement fait pour un seul compte, il sera désormais fait pour ce compte et ses implications sur les autres comptes. Les transactions non financières sont également inscrites dans le journal avec une unité de compte en heure de qualité de vie pour le social et en mètre carré d'environnement équilibré pour l'environnement.

Le journal synoptique va un peu plus loin en affectant l'opération dans sa catégorie et dans son compte. Cela permet de visualiser en même temps tous les comptes, l'actif, le passif, le capital et bien d'autre choses simultanément dans le même tableau. Pour une comptabilité de développement durable, au lieu d'avoir juste des comptes financiers, il y aura aussi des comptes sociaux et environnementaux et de la même manière, il y aura des catégories sociales et environnementales, du capital social et environnemental etc. En pratique, les correspondances entre les comptes est automatique avec des valeurs prédéterminées.

Avec les chiffriers, le journal peut facilement avoir la colonne de compte de départ et la colonne de compte d'arrivée ainsi qu'une colonne pour les catégories et le cumul se fait dans d'autres tableaux pour visualiser les divers éléments. La description est faite sur plusieurs colonnes pour pouvoir indiquer la surface d'environnement et le temps social impliqué dans la transaction et les traiter directement dans les formules de calcul.

 

Comptabilité éléments pratiques

La comptabilité actuelle permet de voir et de prévoir les bénéfices économiques.

Dans un premier temps, on ajustera cette comptabilité pour mettre en valeurs les relations avec les autres comptabilités environnementales et sociales.

Dans un deuxième temps on représentera aussi la richesse environnementale et la richesse sociales et on utilisera leurs règles comptables spécifiques pour voir et prévoir les bénéfices environnementaux et sociaux.

Ajuster la comptabilité actuelle

La comptabilité actuelle note les échanges qui ont de la valeur. Pour faire la liaison avec les autres aspects du développement durable, il faut faire ressortir les éléments cachés dans la comptabilité.

Une ou deux colonnes de plus dans le journal

Le journal comprend une colonne de plus pour dire dans quel compte la transaction arrive. Dans la comptabilité classique seul le compte de départ est clairement inscrit (caisse, banque …). L'attribution de la transaction à une catégorie (habitation, épicerie …) en dit peu sur la provenance réelle du bien ou du service et ne dit rien sur sa destination. Cet ajout permet la liaison avec les comptabilités économiques, sociales et environnementales. Il permet de mieux voir l'échange. On échange quoi (du compte) contre quoi (au compte).

Date Description Catégorie Montant Du compte Au compte

La représentation de l'échange économique est classique, on transfert de l'argent d'un compte à l'autre (banque à caisse, banque à épargne, …). Dans les comptabilités environnementale et sociale les opérations sont similaires mais avec d'autres unités de compte.

  • L'unité de compte économique est le $ ou la monnaie locale.
  • L'unité de compte pour l'environnement est le mètre carré d'écosystème équilibré.
  • L'unité de compte social est l'heure de vie de qualité.
Date Description Catégorie Montant Du compte Au compte
15 mars Disponibilité pour petits achats Retrait 20 $ Banque Caisse
20 mars Épargne retraite Épargne 40 $ Banque REER
28 avril Plantation d'un arbre Épargne 2 m.ca.ee Pépinière Jardin
20 août Cueillette haricots Consommation 1 m.ca.ee Jardin Garde manger
3 sept Fête famille Famille 4 h.vq Personel Famille
18 oct Cours de jardinage Éducation 2 h.vq Société Personnel

Une même action peut se retrouver dans trois inscriptions si c'est à la fois un transfert de compte économique, un transfert de compte environnemental et un transfert de compte social.

La loi sur les compagnies oblige à faire les comptes économiques. Il y a encore du travail à faire du côté des députés pour que le développement durable devienne une pratique comptable normale et pas une option.

Il arrive parfois que le Transfert se passe entre un compte économique, un compte environnemental ou un compte social. Le principe est le même. On peut indiquer le montant dans l'unité que l'on veut, mais par habitude on va le plus souvent indiquer le montant en unité économique et faire les équivalences après pour les autres comptes. Pour faciliter ce travail on peut ajouter une colonne de plus pour le montant du compte d'arrivée.

Date Description Catégorie Montant Du compte Au compte Montant
18 mars Cinéma en famille Éducation 60 $ Banque Famille 2 h.vq
20 avril Plantation riveraine Épargne 3 h.vq Personnel Pays 35 m.ca.ee
16 août Transport Planète 2 m.ca.ee Consommation Compensation 10 $

Quand on part du relevé de banque, il manque les opérations qui n'ont pas d'incidence monétaire. Il est aussi possible de passer à côté d'une opération masquée par une autre. Quand on paye un loyer, on voit d'abord un échange d'argent de notre compte de banque contre une surface d'habitation donc entre un compte économique et un compte environnemental. Mais on voit aussi un transfert vers un autre compte de banque du quartier ou de la région, on voit plus difficilement le temps de qualité de vie qu'on y passe. Si on veut les noter, il faut ajouter des lignes au journal.

Un équilibrage lors du bilan

La liaison d'une comptabilité à l'autre est semblable à une comptabilité avec plusieurs devises. Il y a une équivalence qui se fait avec des règles de conversion. Certaines unités sont échangeables, d'autres non échangeables. Certaines peuvent être calculées avec un taux fixe, d'autres avec un taux variable. Certaines opérations ont des actions induites comme le prélèvement de taxes. C'est la banque qui gère les comptes selon les règles de comptabilité de développement durable.

La plupart du temps, les comptabilités restent chacune dans leur unité de compte. Périodiquement, un bilan est fait pour voir les bénéfices et les déficits. C'est à ce moment que des liaisons s'établissent pour corriger les tendances indésirables. On en profite pour faire les inscriptions manquantes dans le domaine environnemental et le domaine social en les dérivant des inscriptions des comptes économiques.

L'avantage de l'organisation du quartier de l'hippodrome

Dans le projet de l'hippodrome, la correction est automatique par le travail à mi-temps pour la collectivité et l'environnement avec une rémunération décente à plein temps. La collectivité applique une taxe aux individus et aux entreprises qui font faire des pertes aux autres ou à la collectivité dans l'un ou l'autre des domaines.

Dans les entreprises qui ne bénéficient pas de cet impôt, le déficit environnemental peut être comblé par une dépense sociale ou économique si les comptes de ceux-ci sont bénéficiaires au-delà de leur seuil de maintien à long terme du capital. Cette façon de faire est semblable pour le social et l'économie.

Si l'ensemble des comptes, ne peuvent pas être rééquilibrés pour corriger les problèmes, l'entreprise doit s'associer formellement à une autre entreprise ou payer une taxe à la collectivité pour équilibrer les comptes.

Représenter et favoriser la richesse

Pour mettre en œuvre le développement durable, il faut voir et prévoir les bénéfices environnementaux et sociaux, pas seulement les bénéfices économiques. Ils ne se comptabilisent pas de la même façon car ils sont de nature différente.

L'unité de compte se veut représentative de la richesse. Elle ne doit pas être confondue avec la monnaie qui est un outil pour développer cette richesse.

La banque de développement durable du quartier comprend une banque économique, une banque environnementale et une banque sociale fonctionnant conjointement par la liaison entre les comptes pour une même action.

Unité de compte économique
  • L'unité de compte économique est le $ ou la monnaie locale.

La monnaie centrale est calibrée pour développer l'échange et accumuler la richesse dans la monnaie avec une bonne indépendance du réel.

La monnaie locale est calibrée pour favoriser les échanges locaux et ne pas transférer la richesse du réel dans la monnaie.

La banque économique du quartier gére les comptes dans les deux monnaies.

Unité de compte environnemental
  • L'unité de compte pour l'environnement est le mètre carré d'écosystème équilibré.

La monnaie centrale conduit à une consommation de l'environnement. Dans le quartier de l'hippodrome on visera une utilisation de la monnaie centrale à 10% des échanges.

La monnaie locale du quartier de l'hippodrome est crée par le système de travail pour l'enrichissement de l'écosystème du quartier. À ce titre, elle est une monnaie environnementale. En travaillant au développement environnemental on produit la monnaie qui permet d'utiliser l'environnement sans en abuser, en consommant uniquement ses bénéfices sans entamer son capital.

La banque environnementale du quartier fournit également des prêts en environnement par des semences et des animaux. Le capital et l'intérêt du prêt est remboursé de la même manière.

Unité de compte Social
  • L'unité de compte social est l'heure de vie de qualité.

La monnaie centrale conduit à un déséquilibre entre le travail envié tout de suite et le travail utile à long terme sans être vendable. Elle conduit également à une impasse de financement pour le maintien du capital social considéré comme un coût sans espoir de vente. Dans le quartier de l'hippodrome on visera une utilisation de la monnaie centrale à 10% des échanges. Les écarts de richesses qui pénaliseraient la qualité de vie des individus est régulé par les taxes.

La monnaie locale du quartier de l'hippodrome est crée par le système de travail pour la collectivité. À ce titre, c'est une monnaie sociale. En travaillant au développement de la qualité de vie des habitants, on produit la monnaie nécessaire aux diverses activités sans les effets néfastes des manques ou des excès.

La banque sociale du quartier fournit également des prêts en social par des heures remboursables en heures.

Évaluation et montants

Les montants sont le produit des quantités par les valeurs unitaires. Les quantités sont des mesures. Les valeurs résultent d'un accord entre les individus. Les montants combinent la dimension objective de la mesure avec la dimension subjective de la valeur.

Évaluation des montants économiques

La richesse économique est l'abondance de biens pouvant être échangés. L'évaluation du montant de l'echange est fait par l'accord sur la valeur acceptable pour l'acheteur et le vendeur du bien au moment de la transaction.

Évaluation des montants environnementaux

La richesse environnementale est l'écosystème équilibré. L'équilibre est à la fois celui de l'écosystème lui-même et celui des écosystèmes entre-eux. L'écosystème a une surface minimale d'existence. Sa valeur dépend de sa complétude. Pour faire simple, un écosystème (marais, érablière à caryer, …) est un écosystème de grande valeur s'il se maintient avec toutes les espèces qu'il devrait avoir. Il a moins de valeur s'il lui manque des espèces qu'il devrait avoir. La richesse d'un écosystème est également évaluée par rapport à la quantité qu'il devrait avoir dans la région. C'est une différence majeure avec l'évaluation économique qui donnerait sa valeur sur la rareté.

L'évaluation de la richesse environnementale se fait par la différence entre la situation actuelle de l'écosystème et la richesse équilibrée qu'il devrait avoir.

La valeur est une proportion exprimée en pourcentage. Pour conserver l'unité de compte dans les calculs, cette valeur est rapportée au mètre carré. En pratique, étant donné que les quantités économiques sont rarement en mètres carrés, on applique la conversion sur la valeur. Par exemple, un kilomètre de deplacement en voiture ordinaire aura une valeur de -0,65 mètre carré d'environnement équilibré, car c'est la surface de nature qu'il faudra protéger pendant un an pour compenser l'impact de ce déplacement sur la nature.

Évaluation des montants sociaux

La richesse sociale est la qualité de vie. La qualité est à la fois la qualité de vie de l'individu et la qualité de ses relations avec sa famille, ses collègues et amis et la collectivité. Pour faire simple, la maladie et l'isolement sont des dégradations majeures de la qualité de vie. L'évaluation est liée au présent et ne peut se transférer dans le temps. Chaque nouvelle heure doit être réévaluée.

L'évaluation de la richesse sociale se fait par la différence entre la qualité de vie présente et celle qui est souhaitée pour l'individu ou ses relations sociales. L'équilibre entre ces aspects est calculé et ajusté ensuite.

Cette valeur est une proportion exprimée en pourcentage. Pour les calculs, cette valeur est rapportée au temps passé en heures.

Les opérations autorisées dans les comptes

La comptabilisation des comptes économiques, environnementaux et sociaux ne sont pas calculables de la même façon car ils représentent des valeurs différentes.

L'échange est au cœur de l'économie.
Le maintien de la capacité de support est au cœur de l'environnement.
Le partage est au cœur du social.

L'échange, le maintien et le partage

Échange: additions et soustractions sans restriction
Pour représenter l'échange, ce qui sort d'un côté rentre de l'autre. Une opération n'est jamais seule. Elle est retranchée d'un compte 1) et additionnée dans un autre 2). Les opérations peuvent se faire jusqu'à épuisement du compte et même au-delà par l'endettement.

Maintien: additions et soustractions avec compensateur d'écart à l'optimum
Pour représenter le maintien, les entrées et les sorties doivent être compensées par un mécanisme qui fait tendre leur quantité vers l'optimum. Ce mécanisme s'applique sur chaque transaction. La valeur et l'affectation de la compensation sont prises sur une abaque3).
La façon usuelle de faire l'écriture dans les comptes est d'ajouter une ligne dans le journal permettant de financer cette compensation. Il n'y a pas de compensation tant que l'opération se situe dans la plage de valeurs optimales. Il y a compensation4) entre le seuil d'intervention et le seuil critique. Il y a interdiction de faire l'opération si la valeur prévisible dépasse le seuil critique. Le seuil critique sera suffisamment éloigné du seuil d'irréversibilité pour que ce dernier ne soit jamais atteint.

Partage: répartition pleine ou partielle entre les comptes sans entrée ni sortie
Pour représenter le partage, il n'y a pas d'entrée ou de sortie mais une utilisation pleine ou partielle du disponible sans retrait autre que l'usure de celui-ci. Cette répartition se matérialise par un ajout dans les comptes avec un maximum. Il y a des pertes et des gains non échangeables qui changent la valeur du maximum disponible.


1) Crédit : valeur retranchée d'un compte
2) Dédit : valeur ajoutée à un compte
3) les abaques sont des tableaux avec des valeurs unitaires qu'on peut utiliser dans la comprabilité. Ces valeurs sont calculées et négociées pour la région en fonction du seuil minimal critique, du seuil minimal d'intervention nécessaire, de la plage de valeur optimale, du seuil maximal d'intervention nécessaire et du seuil maximal critique.
4) La compensation est supérieure au remplacement afin de faire tendre le résultat vers l'optimum. Plus on s'éloigne de l'optimum et plus la compensation doit être forte.
 

Impôts et taxes

Les impôts et les taxes sont à la base de l'organisation qui permet la création et le maintien des richesses naturelles.

Deux rôles distincts

Contrairement à la confusion générale qui existe ailleurs, dans le projet de l'hippodrome, les rôles des impôts et des taxes sont clairement distincts et fixés dans la constitution du lieu.

Rôle de l'impôt
  • L'impôt sert à maintenir le milieu de vie de la collectivité (capital naturel et culturel, sécurité, garantie d'avenir durable) et à garantir que chaque individu puisse subvenir à ses besoins essentiels (nourriture, logement, santé, culture).
Rôle des taxes
  • Les taxes servent à réduire les excès en pénalisant les activités indésirables et en développant un contexte favorable aux activités souhaitables.

Impôts

Le montant des impôts, tous paliers de gouvernements confondus, est fixé par la constitution à 50% pour tous les habitants du quartier de l'hippodrome. Au niveau local, il est prélevé à la source en travail rendant service à la communauté et au maintien de son milieu de vie. Il fait l'objet d'un retour d'impôt en argent local permettant une vie décente. Pour les autres paliers de gouvernement, des accords sont trouvés pour rejoindre les mêmes objectifs.

Pour se faire une image de cet impôt qui fait le moteur économique du quartier de l'hippodrome, on pourrait le traduire dans le reste du pays par “Tout le monde est fonctionnaire à mi-temps avec salaire décent à plein temps”.

Tout habitant du quartier doit payer de l'impôt de sa naissance a sa mort. Il n'y a donc aucune incertitude sur l'avenir ni de disparité de richesse induite par le système fiscal. Le service à la collectivité est adapté aux capacités des habitants et aux besoins de la collectivité. Les principaux services à la collectivité sont la création de nature riche, l'éducation et la santé des habitants.

Le retour d'impôt en argent nécessite un contrôle de la création et de l'usage de la monnaie par la collectivité. Étant donné le contexte économique autour du quartier de l'hippodrome, le quartier utilise une monnaie locale.

Le quartier et les habitants du quartier utilisent une comptabilité économique, une comptabilité sociale et une comptabilité environnementale. Les bilans comptables permettent de fixer les taxes nécessaires pour corriger les effets indésirables .

 

Lois et règlements

Urbanisme

Le règlement d'urbanisme du quartier prévoit trois usages principaux. Une usage de réserve de nature, un usage de productions de la nature et un usage d'usages divers. Ces trois usages principaux sont toujours en quantité égale, quel que soit le développement du quartier dans l'avenir.

Usage de réserve de nature

Surface: 1/3 de la surface construite ou non construite. Cette surface reste indéfiniment au même endroit. Et toutes les précautions sont prisés pour que ce soit possible.
Cette réserve est stricte pour garantir la régénération de la nature et les biens et services essentiels qu'elle procure sur l'eau, l'air et la biodiversité. Cette surface est protégée par le service de l'impôt.

Usage de production de la nature

Surface: 1/3 de la surface construite ou non construite.
Cet espace est dédié à la production des aliments et des matériaux de construction renouvelables comme le bois. Cette surface est une propriété collective sous forme de coopératives des habitants du quartier. Chaque habitant, par l'impôt, est membre de droit de la coopérative à part égale avec chaque autre habitant du quartier.

Usage d'usages divers

Surface: 1/3 de la surface construite ou non construite.
Cet usage est à l'usage privé des habitants du quartier. Les usages d'habitation, de commerce, de bureau, de loisirs, de sport, d'industrie etc sont mélangés.
Chaque usage est autorisé dans la mesure où toutes les précautions de conception, de construction, d'entretien, d'usage et de démantèlement sont prise pour ne pas provoquer de nuisance directement ou indirectement aux autres usages.
L'équilibre des usages est ajusté par le niveau de taxation ou de retour de taxes attribué à chacun.

Croissance du quartier

Le quartier se développe en construisant dans sa zone initiale d'usage d'usages divers. Pour conserver la proportion des trois usages principaux, chaque nouvelle construction produira une nouvelle surface équivalente de chacun des usages. Un nouveau bâtiment aura donc typiquement une surface de nature protégée, une surface de culture en coopération et une surface en usage voulu par son promoteur. La viabilité de chacune des surfaces doit être démontrée pour obtenir un droit de construire. Ce droit peut être révoqué en cas de manquement à la viabilité d'un des usages ou sa nuisance aux autres usages. Le système de taxes permet de résoudre les petits écarts.

 

La monnaie locale

Je n'ai pas encore de nom pour la monnaie locale du projet de l'hippodrome. Faites des suggestions Tweet à @brunogadrat

Une utilisation simple des diverses monnaies

La monnaie centrale (le $), par ses fonctions, ne peut pas être utilisée pour la création de richesse naturelle et sociale. En pratique, elle cohabite avec la monnaie locale du quartier. Cet usage de plusieurs monnaies est facilité par une gestion électronique des comptes. La monnaie centrale est échangeable à parité avec la monnaie locale pour un usage personnel. Les différences de fonctionnement et de taxes sont assurées automatiquement dans la gestion de des comptes.

Un visiteur peut donc sans difficulté acheter des légumes produits certifiés du quartier avec des dollars canadiens ou d'autres monnaies du monde directement au producteur. Il peut aussi acheter n'importe quel service de la même manière. Tous ceux qui ont déjà utilisé une carte de crédit à l'étranger et se sont vu facturés dans leur propre monnaie ne seront en rien surpris que cela soit aussi simple. La seule différence est que ce n'est pas seulement un système de conversion de monnaie, c'est aussi un système de compensation des différences de vocation des monnaies. Tous les échanges passent par une banque accréditée pour ces transactions.

Les visiteurs qui n'ont pas de banque ou pas d'argent ne sont pas exclus des échanges dans le quartier. Toute nouvelle transaction crée automatiquement une comptabilisation de la richesse produite et son equivalent en monnaie locale dans la banque locale du quartier.

Comment fait-on la comptabilité

Les vénitiens ont inventé la comptabilité en partie double, le quartier de l'hippodrome invente la comptabilité multidimensionnelle. Ce qui est fondamentalement différent est l'introduction des types de valeurs pour pouvoir les comptabiliser au lieu de tout réduire à une valeur d'échange. On distigue egalement de facon nette le capital et les intérêts. Mais rien de bien compliqué. Juste une comptabilisation des valeurs et une comptabilisation du moyen d'échange en rendant plus strictes les relations des unes aux autres.

Calcul des niveaux de capitaux

Le seuil minimal de capital correspond au niveau de capital nécessaire pour le maintien à perpétuité de la collectivité. Il est équivalent au capital nécessaire à la production des intérêts de ce capital qui seront consommés par les membres de la collectivité compte tenu de la réserve nécessaire pour absorber les variations périodiques de production de ces intérêts.

Le seuil maximal de capital correspond au niveau qu'il est possible d'atteindre pour un type de capital sans créer des pertes dans d'autres types de capitaux.

Les règles de base
  • Le capital est comptabilisé en valeur de capital type par type. Une quantité de monnaie associée au type de capital est crée. Sa quantité et son usage sont déterminés en fonction du seuil minimal et du seuil maximal pour ce type de capital. Il ne peut pas y avoir d'échange d'un type de capital à un autre. Pour certains types de capitaux, leurs productions peuvent être comptabilisées comme intérêts lorsque le seuil minimal est dépassé.
    • La consommation ou la destruction de capital est interdite tant que le niveau pour perpétuité de la collectivité n'est pas atteint. La masse monétaire crée s'inscrit dans le régime de l'impôt.
    • Lorsque le seuil minimal de capital est dépassé, la masse monétaire crée correspond à son besoin d'entretien. Des taxes peuvent s'appliquer pour faire tendre le capital vers son optimal pour la collectivité.
    • Lorsque le seuil maximal est atteint, l'excédant de capital doit être détruit.
  • Les intérêts sont comptabilises sous forme de valeur d'intérêt type par type. Une quantité de monnaie associée au type d'intérêt est crée. Sa quantité est déterminée par sa valeur d'échange.
    • La consommation d'intérêts détruit une quantité de monnaie équivalente. En pratique, un suivi général permet une fonte de la monnaie ce qui est répercutée automatiquement sur le compte.
    • Les intérêts qui se détériorent avec le temps sans être échangés voient également la masse monétaire fonde en conséquence.
    • L'échange d'intérêts qui ne se détériorent pas avec le temps se fait avec un échange de valeur de monnaie équivalente.
    • Des taxes peuvent s'appliquer selon le type d'intérêt. Là encore, elles sont calculées automatiquement dans le compte.

Notes complémentaires sur les bilans comptables économiques, sociaux et environnementaux

 

Une économie de nature

La richesse du quartier de l'hippodrome est visible partout. L'abondance de la nature est omniprésente. Une nature qui ne ressemble pas à la nature sauvage, mais à un humano-écosystème dans lequel les animaux sauvages sont facilement visibles. Il n'y a pas de voitures dans le quartier. Tout est à proximité. La façon de vivre est différente. Ce qui frappe le plus, c'est que les gens n'ont pas l'air de travailler tout le temps et qu'il n'ont pas de problème de nourriture, de logement ou d'argent.

Un territoire support de la vie du quartier

Le territoire est fixé dès le début pour préserver l'équilibre nécessaire entre l'espace propre à la nature, l'espace collectif et l'espace individuel.

La proportion des différents usages est également importante pour l'équilibre du projet. Le but est un équilibre à perpétuité entre les bénéfices donnés par la nature et l'usage qu'on en fait. La nature de l'occupation du sol et l'usage qu'on en fait sont prédéterminés pour assurer la durabilité. Ces éléments déterminent le travail nécessaire au maintient de l'environnement pour le bénéfice de la collectivité (voir impôts)

Une vie équilibrée

La majorité du temps, les habitants font ce qu'ils veulent sans avoir de soucis pour leurs besoins essentiels. La vie du quartier en est profondément marquée.

Les grands piliers de l'équilibre des individus que sont le travail, la vie sociale et l'activité personnelle sont induits par le système de travail à mi-temps pour la collectivité avec un salaire décent pour vivre toute l'année.

Quel que soit le talent ou la passion que chacun désire développer, il peut le faire. Les compétences multiples données par l'éducation et le brassage des équipes pour réaliser les travaux utiles à la collectivité, diminuent les risques d'exclusion.

La pauvreté est éliminée à la base par le droit au travail à mi-temps bien rémunéré. La santé et l'éducation sont aussi garantis par ce travail à mi-temps dont le but est de servir la collectivité.

Malgré des différences fondamentales avec le reste de la ville et du monde, le quartier n'est pas fermé. Il est ouvert sur le monde. Il est toutefois préservé de l'économie de dettes qui l'entoure par sa monnaie locale.

 
projethippodrome/projethippodrome-tout.txt · Dernière modification: 2013/07/01 09:35 par admin